Frédéric Gouis

Archive for the ‘L’envers du décor’ Category

L’envers du décor de France-Serbie à Reims

In L'envers du décor, Reims, Surf & Foot on 1 juin 2012 at 13:48

Ce que vous n’avez pas vu à la télévision hier soir, ce que vous ne lirez pas aujourd’hui : l’envers du décor de France-Serbie, match de football préparatoire à l’Euro, jeudi soir à Reims…

Qui dit équipe de France, dit TF1. Donc, Bixente Lizarazu et Christian Jean-Pierre… En seconde période, des agents de la sécurité se sont postés à côté d’eux car des spectateurs venaient à 50 cm les prendre en photo… Oui, le stade Delaune n’est pas adapté pour recevoir 200 journalistes comme hier soir…

La fanfare pour les hymnes, les pubs locales recouvertes, le sigle de la FFF et de l’UEFA, c’est bien gala !

Certaines journalistes se sont retrouvés perchés sous le toit de la tribune. Impressionnant pour disséquer les dézonages des attaquants Bleus…

La zone mixte. En dehors du décor, dans le parking VIP du stade, « on a fait pareil la semaine dernière à Valenciennes », nous a expliqué un responsable de la FFF, c’est l’organisation qui est assez délirante. Les joueurs doivent passer entre un cordon de sécurité qui parque les journalistes des différents types de médias et ces panneaux publicitaires. Certains ne s’arrêteront pas (Nasri, Ménez, Benzema…) d’autres vont y assurer leur part médiatique.

Le podium où Laurent Blanc va donner sa conférence de presse d’après-match, notamment pour les journalistes de presse écrite. Là, encore nous sommes dans le parking, sous la tribune officielle, à deux pas des bus des joueurs et des motards de la police qui les escorte.

Hatem Ben Arfa devant une dizaine de caméras. Pourtant, sa prestation n’a pas fait briller la nuit rémoise.

Florent Malouda ne va pas se faire disputer par le chef de presse de la Fédé bien qu’il ne se trouve pas devant les pubs, car il répond à des radios. Pas d’image, pas de pub !

C’est un peu la foire d’empoigne. Aussi, on utilise les gros moyens pour faire le son de Philippe Mexès !

Certains petits malins vont passer derrière les pubs. Pas Malouda, Mexès et Koscielny.

Pendant la conférence de presse de Laurent Blanc, les journalistes de presse écrite tapent directement les propos du sélectionneur sur leur ordi. L’horloge tourne et les pages doivent se remplir au siège !

Karim Benzema n’a pas voulu répondre à des télés. Mais le sourire est là pour des photos avec des personnes de la sécurité.

Après être allé faire un radio dans une clinique toute proche pendant la rencontre, Yann M’vila repart avec des béquilles. Pas gagné pour l’Euro…

Après la conférence de presse pour l’écrit, Laurent Blanc repasse en zone-mixte pour les radios et tv.

Il est près de minuit. Le bus des Bleus quitte le stade avec une escorte de motards mais aussi de CRS à pied jusqu’au premier carrefour.

 

Frédéric Gouis 

Publicités

Inside… « Vivement Dimanche » C’est comment chez Drucker ?

In L'envers du décor on 6 mai 2012 at 11:10

Nouvelle série : l’envers du décor. Ce que vous ne voyez pas sur vos écrans ou ne lisez pas dans vos journaux...

Casser le mythe ou pas ? S’attaquer à la face cachée de la légende en représentation… Je me suis beaucoup interrogé avant de publier ce billet. Et puis, oui, allez, je vais vous raconter, de l’intérieur, comment se passe un enregistrement de… Vivement dimanche, l’émission de Michel Drucker. Ames sensibles s’abstenir !

« L’émission sera très regardée »

Déjà, il faut savoir que l’émission (forcément diffusée le dimanche, sans quoi ça marche moins bien vu le nom…) est mise en boite le mercredi ou le mardi, Studio Gabriel, entre les Champs-Elysées et l’Elysée… Autant dire, que niveau sécurité, tu peux à peine te gratter une oreille dans la rue que les forces de l’ordre interviennent. Pour le public, des agents de sécurité canalisent sa fougue. Déjà, il a été briefé à la maison via un mail. « Sachant que l’émission sera très regardée, soignez votre tenue et ne portez pas de marques apparentes… » J’avoue ne pas voir le rapport entre l’audience de l’émission et la tenue du public… « Nous suggérons pour les hommes : pantalon, chemise unie ou veste ou costume avec ou sans cravate ». La précision du pantalon est importante, quelques fois qu’un spectateur décide de venir en short, voir en sous-vêtement… « Pour les femmes : tailleur, jupe ou pantalon, petit top décolleté, osez les couleurs, oubliez les tenues sport, bien évidemment ». Le décolleté ? Ouh là, c’est chaud chez Michel !

Visiblement, après un rapide tour d’horizon dans la queue, le message semble bien passé. Le public s’est mis sur son 31, tout endimanché. Oui, je ne pouvais la louper… La densité de mise en plis et de brushing se chiffre en milliers d’euros dépensés chez le coiffeur le matin même ou la veille. Quant à l’âge moyen, il serait plus prudent de disposer des ambulances, porte arrière ouverte, devant le Studio, prêtes à foncer vers l’hôpital le plus proche. C’est que, notre public va passer plus de 6 heures enfermé en sous-sol. Et pas pour une mélodie…

« Vous applaudissez en vous levant »

Je vous épargne le vestiaire, le mec dans l’escalier qui vient vendre son livre de photos de l’émission pendant que tout le monde fait la queue… Allez, ca y est, nos septuagénaires filent sur le plateau. Des cris, des « waaah… » Des, « dépêche toi, Simone, on ne va pas être derrière Michel ! » Le chauffeur de salle place tout le monde. Et, bien évidemment, au premier rang des quatre petites tribunes, ce ne sont pas les personnes les moins télégéniques qui vont poser leur fessier.

« Alors, lorsque Michel arrive, vous, vous tournez vers lui en applaudissant. Lorsqu’un invité arrive, vous applaudissez en vous levant, mais sans cris, hein… » Les consignes sont données. L’enregistrement va pouvoir débuter par… la seconde partie : « Vivement dimanche prochain ». Comprenne qui pourra.

« Si tu nous regardes »

Je vous fais grâce des interventions de Sérillon ou de Coffe. Tiens, sachez que ses recettes sont amenées sur un plateau qui est posé sur la table centrale. Et le tout est remballé ensuite, les plats à peine touchés… Sans quoi, Drucker se fait amener ses nouvelles fiches, caractère 30 au moins, lors de la diffusion de chaque chanson ou sujet enregistré. Il maitrise le Michel. Ce jour-là, on ne va reprendre l’enregistrement qu’une fois. Il a oublié un sujet… Et comme l’oreillette demeure un gros téléphone rouge, il faut remonter pas mal en amont. D’ailleurs, il est tellement en pilote automatique qu’il s’auto-chambre, annonçant, « là, je dois dire, si tu nous regardes » après une attaque de Gerra.

Lancements

Pendant ce temps là, autour des tribunes, allez, 120 personnes à tout casser, mais une impression de foule décuplée par les miroirs dans tous les sens et l’éclairage surpuissant. Bref, autour, cela discute, blague. Visiblement, les machinos n’en peuvent plus des passe-plat à répétition envers les mêmes invités en promo…

Et puis, si les chansons diffusées dans l’émission sont enregistrées avant ou après, cela permet de faire des pauses, des raccords maquillages ou de faire avancer des invités jusqu’au canapé rouge. On sourit aussi lors des raccords/lancements de Drucker avec Laurent Delahousse, Stade 2 ou pour lancer un match de rugby. Le dimanche, lors de la diffusion, on y croira…

« Nous ne nous connaissons pas »

Vient la pause. Forcément, pipi. Les toilettes sont prises d’assaut avant que la première partie ne débute. « Il est 14 h 10, nous ne nous connaissons » pas balance Drucker. Et vas-y que je tape dans les mains selon le rythme du générique… Dans les tribunes, cela baille un peu tout de même. Pourtant, il n’est pas encore 20 heures, mais le public est là depuis le début d’après-midi. Deux breaks sont nécessaires, les photographes qui entrent dans le champ des caméras et Drucker qui s’emmêle un peu les pinceaux.

Cris des fans

Allez, c’est reparti en pilote automatique. Une blagounette avec Julien Courbet, l’invité du jour, et le générique de fin ! La photo avec le groupe venu de province, deux autographes et direction les loges pour Drucker malgré les cris des fans du public. Il se fait un peu expulser, car le plateau va resservir sous peu pour un nouvel enregistrement…

Finalement, l’immuable Drucker Show fonctionne. Pour les gens de sa génération. Voire plus âgés encore. Comment serais-je à leur âge ? Me paluchant devant des présentateurs de mon époque ? Avec des émission old school ?

Frédéric Gouis