Frédéric Gouis

Vainqueur ou vaincu, leur camp va exploser….

In Le fil, Présidentielle #2012 on 8 mai 2012 at 20:52

Une lecture toute manichéenne de la situation politique française laisserait le sourire chez les élus et la tristesse dans le camp des vaincus. L’image s’avère aussi réductrice que celle de citoyen qui voit derrière chaque journaliste un agent du mal… Le paysage politique français se trouve à l’aube d’une nouvelle ère. Avant cette période, il va falloir en passer par bien des tracas. La recomposition se fera dans la douleur, les cris et les pleurs au sein des appareils…

Les législatives, dans un mois, déchirent déjà. Les luttes UMP-FN, UMP-Modem/Centristes d’une part s’annoncent sans merci après le coup de barre à droite toute de Nicolas Sarkozy. Le FN n’a pas vraiment gouté cette tentative de vidange de l’électorat et a déjà élaboré une liste noire des personnalités UMP à qui il convenait de barrer la route du Palais Bourbon. A l’UMP, on a aussi réservé à François Bayrou un petit de sa chienne sous la forme d’une candidature dans sa circonscription. Chez les centristes, en dehors de Bayrou, le silence est assourdissant. Borloo, Morin, Villepin sont aux abonnés absents, devant déjà, pour les deux premiers, régler les tracas en interne. De l’autre côté de l’échiquier politique, cela risque aussi de ruer dans les brancards. Si les EELV se dit que finalement, le programme Hollande est compatible avec le leur contre quelques maroquins ministériels, tout n’est pas aussi simple dans les 60 circonscriptions que le PS leur a réservé. Dans certaines, des socialistes plus ou moins dissidents pourraient se présenter. Quand aux circonscriptions dévolues au PS, des Verts y seront aussi sur la ligne de départ. Les accords n’engagent que ceux qui les croient. Et puis, le mariage du PS avec Jean-Luc Mélenchon, et son Front de Gauche, n’aura duré que le temps des deux semaines de l’entre deux tours de la présidentielle sous la bannière du « tout sauf Sarkozy ». Depuis, le tribun a repris ses troupes et présentera partout ou cela sera possible des candidats aux législatives face à ceux du PS.

Toutes ces luttes dans le mois à venir ne valent pas tripette en comparaison avec celles qui agitent déjà les deux principaux partis de France ! L’UMP va traverser des moments extrêmement difficiles sans son chef, celui qui faisait éteindre toute contestation interne grâce à sa maitrise de tous les leviers. Sarkozy redevenu simple justiciable, s’annonce une sacrée foire d’empoigne pour prendre le leadership en vue de la présidentielle de 2017. Jean-François Copé, actuel n°1 de l’UMP, se voit depuis des mois, pour ne pas dire des années, comme le représentant de la droite à l’explication finale de la présidentielle 2017. Problème, l’UMP regorge de tels prétendants. Fillon, Juppé (pour un retour de l’enfer…) mais aussi les Baroin, Lemaire, Pécresse et NKM se verraient bien, aussi, dans ce costume. Et puis, chacun d’eux apprécié à divers degrés les coups de barre à droite de l’ancien chef ces dernières semaines, l’exprimant avec plus ou moins de virulence. L’automne devrait être chaud pour le parti de droite. Sans parler des rendez-vous judiciaires de certains…

Le coup de chaud, au PS, c’est maintenant ! François Hollande ne prendra ses fonctions que le mardi 15 mai, dans une semaine. Autant dire que le gouvernement ne sera pas annoncé avant le lendemain. Pourtant, les médias publient des listes de ministrables qui font craindre un gouvernement d’une ampleur digne de celui d’une république polynésienne (jusqu’à plus de 20 ministres pour 280 000 habitants). Hollande, qui se veut le chantre de la morale et de la bonne gestion des fonds publics, ne peut pondre un gouvernement d’une trentaine de ministres et d’une vingtaine de secrétaires d’Etat. Autrement dit, les déçus se ramasseront à la pelle, bien plus que ceux qui connaitront au quotidien les ors de la République. Le problème s’avère identique, bien évidemment, pour Matignon, le perchoir de l’Assemblée et le poste de 1er secrétaire du parti… Sans parler de ceux, électeurs ou syndicats, chez qui il a fait naitre des aspirations à des jours meilleurs !

La course à la présidentielle et ses fols espoirs se rangent déjà dans les livres de souvenirs. Le retour au quotidien ne se fera pas dans la joie au sein de toutes les composantes de la politique française !

Frédéric Gouis

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :