Frédéric Gouis

OM, Gourcuff, même combat

In Surf & Foot on 23 mars 2012 at 23:05


 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quel rapport entre l’OM et Yoann Gourcuff ? A priori pas grand chose ne rapproche ce club et le milieu de terrain. Entre le bling bling marseillais et la retenue du Breton, on frise même le grand écart facial. Pourtant, depuis quelques années, les deux semblent engagés dans la même algorithme.

L’échelle du temps diffère. OK. Mais les courbes esquissent le même mouvement. Un déclin hallucinant et incompréhensible tant on partait de haut. Un titre de champion de France en 2009 pour Gourcuff à la sortie d’une saison à Bordeaux où il pratiquait l’art messiesque, évoluant en lévitation à 50 cm du sol, réussissant tout ce qu’il tentait. A la distribution comme à la conclusion. L’Olympique de Marseille part du même niveau, marqué par un sacre national en 2010.

Depuis, on a continué à y croire la saison suivante. Gourcuff a peiné mais livré quelques fulgurances. L’OM a contesté le titre à Lille, finissant sur la 2e place de la boite. Or, depuis des semaines (on me souffle « des mois » dans l’oreillette au sujet de Gourcurff), l’un et l’autre frôlent le néant…

A l’heure de refaire leur parcours, et pas que le match, les explications s’avèrent multiples.

De la suffisance ? Y en a surement beaucoup à l’OM. Entre ceux qui tombent à chaque souffle d’un Mistral finissant, ceux qui taclent désormais dans le vide et des attaquants qui pensaient s’envoler ensuite vers un top club européen et vont finir dans un club du ventre mou de la Ligue 1, la Commanderie ressemble à Loft Story. Un niveau surfait ? On revient à ces attaquants ou milieux achetés entre 15 et 20 millions, à des garçons appelés en Bleus ou à d’autres revendus cinq fois moins que leur prix d’achat. A Marseille, actuellement, seul Mandanda possède la classe mondiale. Pour Gourcuff, on compte en fait les saisons au top. Une et demi. A 26 ans bientôt, le chat est maigre… Un mental trop fragile ? Là, cela semble être le principal handicap du Breton. Cela paraît même rejaillir sur son physique et son abonnement à l’infirmerie ces derniers mois en témoigne. Chez les Olympiens, l’effet inverse, avec une melonite assez généralisée, semble produire le même effet au final.

Alors, retrouveront-ils le haut niveau ? Pour Gourcuff, le spectre de rejoindre les grands espoirs déçus du football français commence sérieusement à se profiler. Le club des Dalmat, Vercruysse, Passi, Ferreri, finalement de bons joueurs de clubs, devrait accueillir un nouvel adhérent. Pour l’OM, avec l’effectif actuel viellissant derrière et au milieu, il apparaît impossible de retrouver le top niveau. D’ailleurs, Deschamps machonnera-t-il encore ses touillettes au Vélodrome l’an prochain ?

Frédéric Gouis

Photos : DR

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :