Frédéric Gouis

Le rugby, un sport encore amateur

In Surf & Foot on 13 février 2012 at 21:56

Le fiasco de samedi soir, au Stade de France, permet de mesurer le gouffre qui sépare encore le rugby du professionalisme.

Depuis plusieurs jours, tous les indices d’une température négative s’affichaient pour samedi soir à Paris. Sauf qu’a priori rien n’a été fait pour trouver une solution de repli. Certes, on a baché, soufflé le chaud. Surtout, les organisateurs ont laissé les événements s’enchainer, les spectateurs se rendre à Saint-Denis, qu’ils viennent du sud-ouest, de Bretagne ou d’Irlande, comme si de rien n’était. Pour finalement annuler le match au moment prévu du coup d’envoi comme une vulgaire rencontre de championnat Honneur, demandant alors à ceux qui avaient dépensé des dizaines d’euros pour rien de rentrer gentiment chez eux, sans ranchonner.

Qui est responsable ? La fédé, l’IRB, le comité des VI nations ? Peu importe, toutes les entités, comme l’entourage direct de l’équipe de France, ont fait preuve d’un amateurisme qui sent bon le rugby cassoulet des années 60 ou 70…

Tant que le rugby ne sortira pas de cette époque des gros pardessus, il va s’avèrer difficile pour cette activité de prétendre à intégrer le gotha des sports pros. Et on n’évoque même pas le fait de programmer des matches internationaux simultanément à des journées de championnat de l’élite. Le rugby est le seul sport collectif dans ce cas…

Le football n’est pas mieux loti en matière d’infrastructures et de prévisions, va-t-on me rétorquer. Il suffit de constater le nombre de matches reportés depuis deux semaines, même si des moyens colossaux ont été utilisés pour tenter d’éviter le gel les terrains. Des moyens que l’on peut juger hallucinants alors que dans le même temps certains cherchent un toit pour se protéger du froid. Autre débat. Mais le football français n’est pas dans le top mondial, le manque de professionalisme ambiant surprenant d’ailleurs le nouvel entraineur du PSG…

Pour en revenir au rugby, les gros pardessus sont ils prêts à laisser la place à des gens qui savent proposer et mettre sur pied un spectacle ? Car, n’en déplaise aux intégristes du sport de grand-papa, le rugby actuel, qui veut se faire aussi gros, n’est plus une activité d’amateurs. Mais pas encore un spectacle pro.  

Frédéric Gouis

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :